Freitag, 19. Juli 2013

Vanille, Paris, 16.07.13


Concert: Vanille
Lieu: Le Baron
Date: 16.07.2013, 24 h
Spectateurs: environ 100
Durée du concert: 35 minutes



La glace à la vanille. Tout le monde connait et aime ça. La jeune chanteuse française Vanille n'est pas encore aussi connue, mais vu son talent et son charme, elle sera peut-être dans toutes les bouches (et oreilles) bientôt. J'avais découvert cette jolie fille brune un peu par hasard au Vieux Léon quand elle a partagé le plateau avec Lilimarche, une autre jeune française douée.

Cela m'avait plu, j'avais bien aimé la fraicheur et la nonchalance de Vanille et je voulais la revoir en concert. Ce mardi16 juillet j'en eu l'occasion. La musicienne était programmé au bar branchouille le Baron et comme ce n'est  pas très loin de chez moi, j'y passe assez souvent s'il y a un concert qui m'intéresse.




Le Baron était  bien rempli, malgré la chaleur estivale et les vacances qui ont déjà commencé. Les gens présents ont eu envie de faire la fête et depuis le début il y avait quelques filles qui dansaient passionnément. Normal, parce que les morceaux de Vanille sont bien rock'n roll et entrainants et son merveilleux guitariste Philippe Almosnino ( Les Wampas, Benjamin Biolay, Keren Ann) possède un jeu très groovy, bluesy et funky pour faire bouger les gens. Vanille chantait quasiment uniquement en français (mis à part un morceau en espagnol) et ça lui va bien. Ces paroles sont un peu insolentes et rebelles et montrent une fille qui sait bien ce qu'elle veut (et ce qu'elle ne veut pas aussi, c'est à dire être juste une poupée, une jolie fille sage et mignonne). 

En revanche, je n'ai aucune idée de qui est cette mysterieuse Emma ("ou que tu sois, je ne t'oublie pas") dont Vanille parlait dans son deuxième morceau. C'est un véritable petit tube (un peu country), entêtant, mélodieux et parfait pour reprendre les paroles en chœur ("Emma sombre sombre dans l'ennuie, Emma s'évade dans la nuit"). Un titre festif et chaleureux qui reste collé dans l'oreille pour longtemps ("lalalalala...").



Pas mal non plus "Je ne suis pas celle", un morceau qui swinge et qui dit "je marche a l'envers et je rêve au galop, je ne suis pas celle qu'il te faut."

Très à la Rolling Stone et bluesy "c'est le diable qui m'approche", et mélodiquement parfois pas très loin de Julien Clerc (j'ai toujours bien aimé Julien Clerc) le suivant "Tambour".



Puis elle enchainait avec un doux morceau mélancolique en espagnol, qui devient très festif, intense et flamenco à la fin. 

Puis vint le temps des deux meilleurs chansons du set, avec la petite merveille "Quand tu t'es sauvé" (quelle belle mélodie, quelle jolie ambiance!) en premier. Une fois de plus Philippe jouait des petites séquences formidables avec sa guitare électrique. Un peu dans le même style et également très sympa: "Balade".

La fin du set fut plus rock: "oh oui", titre rapide et rentre-dedans et puis le survolté "I Get Along" qui parlait des beaux mecs anglais à Londres que Vanille adore. Ça parlait aussi des glaces à la vanille d'ailleurs... (et des Happy Mondays).



Chouette concert de Vanille! Son goûteux mélange entre rock'n roll, pop 60ies, brit pop et chanson français est à surveiller.
Setlist:
01: Garçon
02: Emma
03: Pas Celle
04: Dibale
05: Tambour
06: Nacumbca 
07: Sauvé
08: Balade
09: Oh Oui!
10: I Get Along



0 Kommentare :

 

Konzerttagebuch © 2010

Blogger Templates by Splashy Templates