Sonntag, 9. Dezember 2012

Malvina Meinier (chronique française), Paris, 19.07.12


Concert: Malvina Meinier et Kinrisu
Lieu: Théâtre de Ménilmontant 
Date: 19/07/12
Spectateurs: environ 80



Un compte-rendu d'un concert qui a eu lieu le 19 juillet, publié le 9 décembre? Ben oui, pourquoi pas? Surtout si le concert en question était tellement beau, envoûtant, voir épique comme celui de Malvina Meinier. De toute façon je voulais écire ce texte déjà en juillet, mais après il y avait les vacances d'été et tout ça. En plus je possède le très beau disque de Malvina Meinier, intitulé The Wise One, seulement depuis quelques jours, c'est donc l'occasion de faire revivre ce concert absolument mémorable!

Si ma mémoire est bonne le 19 juillet 2012 fut une journée assez ensoleillée et chaude dans un juillet pourri et pluvieux. C'était le temps des festivals open air et les grandes vacances venaient de commencer.


Mais il restait ce concert au Théâtre de Ménilmontant que je ne voulais pas du tout rater, parce qu'il y avait Kinrisu en première partie, une artiste américaine résidant à Paris qui fut une de mes grandes découvertes en 2012. Malvina Meinier, la tête d'affiche de ce soir, je reconnais que je la connaissais moins bien. Je l'avais seulement vue accompagner son amie américaine Michelle Blades à L'International quelques jours avant (photo ci-dessus). Mais j'étais néanmoins très curieux de découvrir sa musique en live.


Kinrisu ne me décevait pas. Son étrange mélange ultra original et personnel entre weird folk et pop psychédélique faisait mouche, sa voix de gamine avait comme à l'habitude cette curieuse sonorité et ses paroles étaient complètement space. Seule avec sa guitare acoustique, elle faisait des miracles et brilla aussi par un fingerpicking très spécial et bien à elle. Une artiste qui mérite beaucoup plus que ces quelques lignes ici, mais je l'avais déjà chroniquée deux fois en allemand récemment (cela vous fait une belle jambe, hein?!).


Il restait quelque 15 minutes pour se rafraîchir et prendre une bière au bar. Mais je me suis dépêché pour me trouver une bonne place sur une chaise pas loin de la scène. Les artistes entrèrent. Il y avait Malvina bien sur, qui jouait du piano, son ami Marius qui faisait des beats électroniques à l'aide de son noteboook apple, puis trois jolies choristes avec des voix très pures (Andrea Perdue, Cassandra Jetten, Michelle Blades, toutes les trois américaines). Sur le côté gauche de la scène (vu depuis la salle) il y avait un trio à cordes, avec deux garcons au violons et une fille au violoncelle.

La magie de leur musique opérait quasiment tout de suite. C'était divinement planant, élégant, doux, aérien et envoûtant. Et Malvina, quelle voix! Elle était capable d'exprimer toutes les émotions, chanta tout le long du concert comme un ange et montait incroyablement haut. Un chant que je me plaisais à qualifier d'islandais, tellement il me faisait penser aux elfes nordiques comme Stina Nordenstam Björk, même Jonsi de Sigur Rós.

C'était une musique hantée, poétique, cinématographique, parfaitement utilisable pour la bande dessiné d'un beau film.

Une des influences de Malvina parait être My Brightest Diamond, surtout sa sublime chanson The Wise One ("you are already dead in mind") me rappelait Shara Worden.

Mais Malvina a déjà un univers bien à elle. Son mélange de musique classique et de pop de chambre est sous cette forme unique et fut rarement présenté d'une manière plus aboutie et mieux arrangée.

C'est aussi ça la grande force de Malvina, son talent pour les arrangements d'orfèvres, son sens pour des mélodies mélancoliques et cristallines. L'harmonie entre le chant, le subtil jeu de piano et les cordes étaient parfaite tout au long de ce concert.


Mais la jeune pianiste n'a pas envie de s'arrêter là et est déjà en train de pousser sa musique plus loin. L'influence de la musique électronique va être plus grande dans le futur et déjà au Théâtre de Ménilmontant on sentait aussi la patte de Marius, qui modernisait le son assez classique du disque avec ses nappes de synthés.


Mon morceau préféré du set?  Impossible à dire. Chaque chanson était plus belle et ensorcelante que l'autre et je ne peux vraiment pas dire si je préfère The Wise One, Covered in Silence ou Bath Noises, elles sont toutes si intenses et captivantes!


Grand compliment aussi aux choristes qui ont aussi contribuer à rendre cette soirée inoubliables!

Finalement le moment n'est pas si mal choisi pour publier la chronique, car les compositions ont une touche assez hivernales qui s'accordent bien au climat de décembre! J'aimerais bien m'enfermer avec se disque dans une cabane, faire un feu et allumer des bougies en l'écoutant en boucle.

Malvina Meinier est un très grand espoir et je suis persuadé qu'elle va avoir du succès. Son disque est en écoute intégrale sur son Bandcamp et vous pouvez le commander avec la belle pochette (signé Cassandra Jetten)  pour la modique somme de 10 Euros. En revanche elle serait heureuse, si elle pouvait trouver un label qui distribue ce disque partout, parce ce qu'en ce moment elle envoie des exemplaires tous les jours par la poste et perds du temps pour composer son deuxième album!







0 Kommentare :

 

Konzerttagebuch © 2010

Blogger Templates by Splashy Templates