Sonntag, 13. Mai 2012

The Rustle Of The Stars, Paris, 10.05.12


Concert: The Rustle Of The Stars
Date: 10.05.2012

Lieu: sur les toits de Paris, session Cargo/Oliver Peel

Durée du concert:environ 40 minutes




Le 12 mai 2012. Un jour où miraculeusement tout marchait comme sur des roulettes. On avait vraiment du bol! Les dieux du ciel étaient avec nous!

Ce n'était pas gagné d'avance, puisqu'il y avait pas mal d'ennuis potentiels:

En première ligne le temps. Les jours d'avant furent pluvieux et froids et le 9 mai il pleuvait des cordes le matin. Mais le 10 mai arrivé, on profitait d'un soleil magnifique et de températures jusqu'à 25 degrés. Conditions idéales malgré un petit vent.


Mais aussi la petite grippe que j'ai eu. Mardi encore j'avais de la fièvre et pensais même annuler le concert tant attendu. Mais grâce à des tonnes de paracétamols avalés j'étais sur les jambes jeudi et quasiment en pleine forme.

Et puis les voisins. Ceux d'en bas sont connus pour être conservateurs et peu tolérant pour le bruit. Je les croisais dans l'ascenseur la veille du concert mais je n'avais pas le courage de leur parler de mon aventure. J'ai laissé donc une lettre sous leur porte, en les invitant même!


Finalement ils ne sont pas venus, mais ce n'était pas grave, les artistes étaient comme prévu présents à 15 h pile et puis Renaud, fabuleux filmeur du magnifique site le Cargo arriva quelques minutes après. Le public n'était (mais c'était volontaire) pas très nombreux. Cécile m'avait dit de limiter à 10 spectateurs, moi je voulais 15 et finalement on était douze (sans compter les artistes et Renaud). Nous voulions y aller doucement et tester un peu la réaction des voisins. On se disait avec une session à l'après-midi quand les gens travaillent et en finissant à 20 h, nous limitions considérablement les risques de gêner. Et finalement nous avons eu raison, parce qu' il n'y a pas eu de plaintes ensuite.


Pourtant la musique de The Rustle Of The Stars, à la base un groupe plutôt calme et subtil, peut quand même monter en volume à certains moments. Quand Richard Knox (Glissando, Sun-Amissa) et Frédéric D. Oberland (Farewell Poetry, Le Réveil des Tropiques), les deux fondateurs du groupe, ont fait travailler leurs guitares (amplifiées par deux grosses enceintes)) on atteignait certainement les 85-90 décibels. Mais ces moments furent l'exception, la plupart du temps, cela restait doux et peu bruyant. Pourtant la tension était palpable à chaque seconde, mais l'explosion finale comme chez des groupes post rocks à la Mogwai n'a jamais eu lieu!


Toutefois le son de The Rustle Of The Stars n'a pas besoin de noise pour charmer. Ici ce sont les petits détails qui rendent leur style terriblement beau, fragile et envoûtant. Les petites cloches de la divine harpiste Lidwine p.ex. Ou le glockenspiel joué avec des archets par Frédéric. Le traitement de la guitare à l'aide d' un tournevis de la part de Richard, l'utilisation d'un bol de médiation par Lidwine.


Et puis le mariage du violon (merveilleusement bien joué par l'angalise Elaine Reynolds), de la harpe et des deux guitares électriques jouées avec plein de reverbs fut simplement magistral. Un mélange très sombre et terriblement addictif entre pop de chambre et rock expérimental et instrumental en fut l'épatant résultat. Fruit d'un travail entre Leeds et Paris entrepris par Richard et Frédéric, les deux têtes du projet, qui est censé être le bande son d'un voyage au pôle nord. Pas sûr que le public soit au courant, mais je pense que chacun a eu ses propres images et rêveries dans la tête en écoutant cette musique mystérieuse et planante.

The Rustle Of The Stars performèrent en tout quatre morceaux, souvent très longs et donc seulement un titre en moins que la veille lors de leur splendide concert à L'Espace B. Là- bas il y avait un Fender Rhodes (piano vintage) et une cymbale en plus, mais sinon nous étions pas loin d'une interprétation très proche de l'album et cela sous des conditions si particulières. Trop cool que le groupe ait apporté la quasi totalité de leur matos, qui entre parenthèses pesait des tonnes! Ils nous fallut trois voyages avec l'ascenseur pour tout descendre et je suis assez content d'avoir croisé la gardienne seulement de loin pour éviter qu'elle voit toutes ses sacs et valises par terre.


En tout ce fut une journée divinement belle, ce 10 mai. Nous n'étions vraiment pas loin du ciel et des étoiles dans tout les sens du terme!

Setlist The Rustle Of The Stars, Cargo/Oliver Peel Session, Paris:

01: Sleeping Land
02: Le Passage Du Nord-Ouest
03: The Wreck Of Hope
04: Drawing Lines
05: Mist

RICHARD KNOX & FREDERIC D. OBERLAND - The Rustle of the Stars by The Rustle of the Stars



1 Kommentare :

gudrun.thaeter hat gesagt…

So, die CD ist geordert... :)

 

Konzerttagebuch © 2010

Blogger Templates by Splashy Templates