Freitag, 7. Januar 2011

My year in lists-Konzerte des Jahres 2010 (Laurent)


Merci Laurent! Endlich mal jemand, der Gregory & The Hawk würdigt!



Die junge New Yorkerin Meredith Godreau, die sich hinter dem Pseudonym verbirgt, ist nämlich eine meiner Entdeckungen des Jahres. Umso schöner, daß sie in meinem Wohnzimmer musizierte.* Im Schneidersitz griff sie zur Harfe oder zur Akustikgitarre und sang mit Kleinmädchenstimme verwunschene und betörende schöne Seelentröster, die mich ins Reich der Träume beförderten.



Aber Laurent ist ja ohnehin ein Mann mit Geschmack. Der Familienvater geht grundsätzlich nur auf gute Konzerte, Mist würde er sich nie ansehen. Insofern nur normal, daß wir uns oft über den Weg laufen. Toll ist, daß ich immer noch nicht weiß, was er beruflich macht. Interessiert mich auch nicht. Unter Musikfreaks sind diese Dinge zweitrangig. Da geht es nicht darum, was und wo jemand studiert hat, wo er arbeitet, was er verdient. Diesen ganzen verfluchten Bullshit um das soziale Prestige überlassen wir Musikverrückten den anderen Mitbürgern. Uns geht es vielmehr darum, ob das dritte Album von Joanna Newsom besser ist als das zweite. Essentielle Fragen, die ausufernd diskutiert werden müssen. Genauso wichtig: Wer kann in die Fußstapfen des großartigen, unvergessenen Elliott Smith treten? Laurent hat die Antwort gefunden: Damien Jurado, seine Nummer eins. Schön!!


1- Damien Jurado, Paris Café de la Danse 11 septembre 2010

Les chansons de Damien ce soir là sont des chefs d'oeuvre intemporels et bien réels. Leur intensité me fait penser à Eliott Smith.

2- Joanna Newsom, Paris Grande Halle de la Villette 31 mai 2010
C'est une fois seule avec sa harpe, à la fin d'un concert avec orchestre s'appuyant sur un jeu de dialogues entre les instruments, que Joanna Newsom a donné la mesure de son immense talent. Ses chansons nous font alors voyager au rythme d'un cheval au gallop.

3 - Gregory and the Hawk, Paris Oliver Peel Session, 7 novembre 2010
Timide, fragile, Meredith Godreau se sentait comme à la maison ce soir là chez Oliver. Complêtement acoustique, sa musique est encore plus touchante.

4- Patrick Watson, Paris Pleyel 3 juillet 2010
Patrick Watson commence à faire de nombreux émules parmi les musiciens. Mais l'original est inégalable, et cette soirée à la salle Pleyel restera longtemps dans ma mémoire.

5- Women, Paris Café de la Danse 9 septembre 2010
Women élabore sa musique à partir de dissonances. Mais elles aboutissent toujours à un équilibre mélodique qui me semble novateur.
Après la rupture, espéront que 2011 soit l'année de la réconciliation du groupe.

6- Wu Lyf, Midi festival, Hyères 24 juillet 2010
D'eux, je ne connaissais rien lorsque je les ai vus l'été dernier au Midi Festival. Puis j'ai entendu cette voix éraillée accompagnée d'un orgue de vieille église de campagne. L'énergie du groupe est évidente et contagieuse.
A la fin du concert le public courait dans tous les sens avec le service d'ordre à leur poursuite. On aurait pu se croire dans le générique de Benny Hill, la bonne musique en plus.

7- Caribou, Paris Cabaret Sauvage 28 novembre 2010
Sur leur dernier album, le groupe a pris un virage electronique. L'alliance de la musique conduite tel un pilote par Dan Snaith, avec le jeu d' un batteur qui rythme comme une course de demi-fond, donne des effets psychédéliques sur le public, comme sur le morceau Sun, qui cloture la soirée du Cabaret Sauvage.

8- Psychic Paramount, Barcelona Primavera Sound Festival 29 mai 2010
Psychic Paramount auraient pu changer leurs instruments contre des Boings 747 et des Airbus A 380 au décollage. Le résultat à l'écoute est vraiment jouissif.

9- Foals, Paris Elysée Montmartre 25 novembre 2010
La salle de l'Elysée Montmartre est trop longue, trop grande. Pourtant Foals a réussi a y dompter le public, à le calmer sur les passages silencieux comme l'intro de Spanish Sahara ou plus tard le faire sauter dans tous les sens.

10- Spectrum, Paris Point Ephémère, 26 mars 2010
Spectrum c'est avant tout Peter Kember, ancien leader des Spacemen 3. Sur scène il rappelle Eric Von Stroheim dans la Grande Illusion. Sa musique en apparence répétitive est d'une précision absolue. Il a trouvé le passage qui relie la musique des années 80 et le Drone.

* Einen Eintrag von Meredith aka Gregory & The Hawk in ihrem Blog möchte ich euch (mir?) nicht vorenthalten, er ist witzig und sie sagt nette Dinge über mich:

"We met Oliver of Oliver Peel Sessions who put on an incredibly lovely evening house show with us and a Canadian band called Snailhouse. There was food and wine (which I spilled on the carpet), a bedroom full of coats, and a kitchen full of smoke. Paris is the kind of place you can eat meat all day and chocolate all night. There are also some lovely people."



0 Kommentare :

 

Konzerttagebuch © 2010

Blogger Templates by Splashy Templates